Archive For The “Artists Portfolios” Category

Kees Visser

By |

Kees Visser

MONDLICHT:

« Another new work, MondLicht, is a page-by-page weaving of two books. When you weave paper together, you essentially end up with little squares and also, if it’s printed with imagery, pure elements with plastic qualities: lines, colors, and shapes, which are building materials for artworks ».

PRESS:

Download (PDF, Unknown)

Download (PDF, Unknown)

BIO:

Kees Visser (1948, HAARLEM) appartient à cette génération d’artistes qui, à l’instar de John Armleder, Gerwald Rockenschaub, Allan Charlton, Adrian Schiess ou Peter Halley, ont du gérer dans les années 80 l’héritage post-moderniste où l’oeuvre, après avoir été déconstruite et analysée sous toutes ses coutures, devait être réinvestie comme lieu de l’art.Loin des écoles et des mouvements artistiques dont il a pourtant été un observateur attentif, Kees Visser a fait son chemin en autodidacte, lentement au cours des quarante dernières années. Quittant sa Hollande natale où il travaillait dans une veine oscillant entre abstraction et Fluxus au milieu des années 1970, Kees Visser est parti s’installer en Islande où il a vécu pendant près de vingt ans au contact d’une nature qui marquera profondément son travail, mais aussi d’une scène artistique incroyablement cosmopolite où se sont croisés des artistes comme Dieter Roth, Donald Judd, Richard Serra, Roni Horn, Hrein Fridffinson, Adrian Schiess, Gunther Umberg, Richard Long, etc.

Co-fondateur avec un groupe d’artistes islandais du Living Art Museum de Reykjavik en 1978, Kees Visser est devenu une figure marquante de la scène islandaise, présent dans la plupart des collections publiques et privées du pays. Invité en résidence à Paris au milieu des années 1990, c’est en France que Kees Visser a ensuite développé son travail sur la série, la forme, la couleur en réalisant des peintures monochromes qui font aujourd’hui sa réputation. Mais au-delà de ces oeuvres qu’il réalise presque exclusivement sur papier, c’est l’espace même de leur exposition que Kees Visser a progressivement intégré dans sa démarche de coloriste, multipliant des dispositifs de présentation où ses peintures sont juxtaposées, superposées, posées au sol, alignées dans des vitrines de plusieurs mètres de long, recomposées en mosaïques, etc. C’est cette préoccupation de l’espace au sens large qui l’a en même temps mené à réaliser des interventions in situ qui peuvent prendre la forme de grandes peintures murales ou d’installations monumentales comme il l’a fait dans une chapelle à Thouars (2006) et à l’Eglise Saint Eustache à Paris (2007). Aujourd’hui, Kees Visser vit et travaille entre Haarlem (NL), Paris et Reykjavik IS). Une exposition rétrospective de son oeuvre a été présentée au musée Matisse du Cateau- Cambrésis en 2009. La National Gallery d’Islande et le Living Art Museum de Reykjavik lui consacreront deux importantes expositions à l’été 2012. Ses oeuvres sont conservées dans plusieurs collections publiques et privées internationales (Stedelijk Museum d’Amsterdam, Frans Hals Museum de Haarlem, National Gallery of Iceland, Living Art Museum de Reykjavik, MOMA de New-York, Victoria & Albert Museum de Londres, Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou, FNAC, FRAC Bretagne, etc). (credit galerie Jerome Poggi)

 

Simon Schubert

By |

Simon Schubert

Works:

Bio:

Simon Schubert (born 1976) is an artist based in Cologne, Germany, his birthplace. From 1997 to 2004 he trained at the Kunstakademie Düsseldorf in the sculpture class of Irmin Kamp.

Simon Schubert is best known for creating intricate works by meticulously creasing a single sheet of paper into flattened images of real or imagined interiors. Typically grand, the ballrooms, coffered ceilings, stately staircases, mirrored corridors, and doorways he depicts are realistic yet illusory. Void of any human trace, they reflect notions of isolation, loneliness, and loss. 

The style of Schubert’s interiors remain influenced by 19th Century Danish painter, Vilhelm Hammershoi, who employed low-key tones of grays to create a somber interior environment. Schubert works with similar tonalities, focusing on the scenes incoming natural window light and the shadows that play on his paper floors and walls. We step into these interiors both meditative and haunting, embracing their elegance while searching for meaning and our place in the world. 

Schubert’s mixed-media sculptures, inspired by Surrealism and the writings of Samuel Beckett, similarly center around the concept of disappearance. An untitled 2006 work, for example, depicts a woman in a coffin-like bathtub, completely engulfed by her own hair. Similarly, the mixed-media installation Le EL (2005) appropriates René Magritte’s 1937 painting Not to Be Reproduced, in which a man faces a mirror that casts an unsettling reflection of his back. 

Schubert has exhibited his works in a number of international galleries and institutions including Kunstmuseum Wolfsburg, Wolfsburg, Germany, Foley gallery, New York City, USA, Museum für Konkrete Kunst, Germany, Centre d´art contemporain Meymac, Meymac, France, Kunstverein Bregenz, Bregenz, Austria, and Galerie Thomas Modern, Munich.

Download (PDF, 57KB)

Sidney Regis

By |

Sidney Regis

SILENT LIGHTS

WE WERE WATER

Download (PDF, Unknown)

PRESS

Download (PDF, Unknown)

Go Top